Apprendre à apprendre : vers l’infini et au delà !

Apprendre à apprendre : vers l’infini et au delà !

Le Digital Learning en 2020 c’est… plus d’immersion ? Peut-être. Plus d’interactivité ? Sans doute. Pour nous, c’est autre chose encore. C’est apprendre, mais aussi apprendre à apprendre. C’est ne pas se limiter à transmettre un ensemble de connaissances, mais engager activement nos apprenants dans cette aventure infinie qu’est l’apprentissage. 2020 vers l’infini donc, et vers l’entreprise apprenante ! 

De plus en plus de parcours de formation mixent apprentissage en présentiel et distanciel, avec l’intégration du Digital Learning. Or, on ne cesse jamais d’apprendre. Et nous en 2020, on a envie de rendre le Digital Learning encore plus global. D’impliquer davantage nos apprenants dans cette démarche de fond que constitue la montée en compétences, et plus largement le développement de l’employabilité.

Et d’évoluer ainsi, ensemble, vers l’entreprise apprenante.

« Tout apprentissage est une transformation profonde. Il faut changer pour apprendre et on change en apprenant. » 

© Apprendre à apprendre : ça s’apprend !

Acte 1 : l’introspection.

Avant même de parler de fonctionnalités, avant même de parler de scénario d’apprentissage : apprendre nécessite de se connaître soi-même, d’être décidé et motivé à apprendre

Donc, de connaître et/ou de définir :

  • ses motivations : savoir pourquoi on apprend ;
  • son fonctionnement : découvrir comment on apprend pour savoir comment mieux apprendre ;
  • son organisation : apprendre à s’organiser pour mieux apprendre.

« Apprendre à apprendre, c’est apprendre à se connaître. Identifier ses préférences d’apprentissages, ses axes de progression. »

Les répercussions sur notre métier ? Sur le fond, cela implique de permettre plusieurs modes d’appropriation de l’information au sein d’un seul et même module. Soit gérer un support pédagogique adressé à des individualités. Techniquement, la solution pédagogique finale doit mettre en action les outils et leviers adaptés aux différents modes d’apprentissage.

Un exemple ? Les outils d’auto-diagnostic qui ouvrent (ou non) des contenus d’apprentissage en fonction du niveau atteint par l’apprenant lors du quizz d’entrée. On permet ainsi à l’apprenant d’accéder directement aux contenus dont il a besoin, en tenant compte de son profil et de son expérience. Ce type de clé d’entrée permet également d’optimiser la progression, notamment pour des formations qui nécessitent d’être régulièrement réactualisées.

Acte 2 : la motivation.

Aujourd’hui, on ne peut plus se contenter de livrer un support pédagogique. Il est également de notre ressort, en tant qu’experts pédagogiques, d’accompagner chaque apprenant dans sa façon de s’approprier les contenus, en fonction de son schéma d’apprentissage. Comment ? En lui donnant les clés et les outils pour lui permettre de devenir acteur de son apprentissage.

Concrètement, cela veut dire aller encore plus loin que la simple solution pédagogique en (ré)apprenant à … apprendre ! Bien plus que de répondre à besoin pédagogique, il s’agit d’impliquer l’apprenant dans une démarche qui accompagnera toute son évolution professionnelle. On travaille alors en amont sur les freins et les leviers de motivation, sur les différentes postures face à l’apprentissage. L’objectif : faire tomber les résistances à travers une démarche de sensibilisation et d’accompagnement.

Les 3 leviers de motivation :
sensibiliser et donner du sens en clarifiant les objectifs (présentation du parcours, teasing, …)
accompagner l’autonomie à travers une aide à la gestion du temps, la mise à disposition de personnes ressources et de supports de soutien (digitaux ou écrit), l’animation d’une communauté d’apprenants ou encore les rendez-vous en distanciel synchrone ;
personnaliser en interpelant l’apprenant par son prénom, en jouant sur les émotions.

Acte 3 : l’union.

Parce qu’on apprend les uns des autres mais que l’on apprend aussi les uns avec les autres, nous sommes convaincus que l’apprentissage est un acte collectif

Cela veut dire que l’apprentissage ne s’arrête pas au quizz final qui signe la fin du parcours pédagogique. Bien au contraire. L’apprentissage se poursuit avec l’envie de partager encore, de transmettre et d’apprendre aux autres

« On apprend les uns des autres mais on apprend aussi les uns avec les autres. L’apprentissage est un acte collectif. »

Concrètement, cela implique qu’il faut penser des relais internes et externes en aval de la formation pour alimenter le partage entre pairs. L’acte 3 signe l’entrée dans l’entreprise apprenante, qui s’appuie sur des personnes et des contenus ressources de l’apprentissage pour que le savoir se partage, s’alimente, s’auto-corrige, évolue encore et toujours.  

On entre vraiment dans l’apprentissage lorsque le module de formation parvient à faire le lien entre la théorie…et la vraie vie ! Ainsi, on peut penser des supports de formation qui deviennent des supports d’aide à la vente, des outils métier à consulter au quotidien ou encore des tutoriels à partager. L’étape ultime ? Rendre l’apprenant contributeur en lui permettant de participer la création et à l’évolution des ressources pédagogiques. 

Apprendre et apprendre à apprendre c’est jouer collectif. Accepter de partager ses réussites, mais aussi les leçons tirées de ses propres erreurs. On teste. On s’adapte. On essaie, et on réessaie s’il le faut. Et vous savez quoi ? Rien ne sera probablement parfait du premier coup… Mais c’est aussi ça, apprendre.

Hey, ça vous dirait de philosopher encore un peu ? On se retrouve sur notre blog : on a encore un tas de discussions existentielles à partager avec vous !